/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

L'entrée en production de la mine co-détenue par Vale était prévue pour 2015. © DR

 

Le groupe minier Vale a annoncé à l'occasion de la publication de ses résultats financiers préférer concentrer ses efforts à court terme sur le Brésil plutôt que sur le projet géant de fer guinéen.

 

 Le brésilien Vale, le second groupe minier au monde, met la pédale douce sur le développement de ses mines du Mont Simandou, qui recèle l’une des plus importantes réserves de fer d’Afrique. « Nous devons réévaluer notre implication sur ce projet en fonction de trois critères, actuellement en négociation avec l’Etat : le corridor logistique utilisé pour transporter le minerai, la participation de l’Etat dans le projet et le montant des royalties », a déclaré hier (25 octobre) Luciano Siani, directeur financier du géant de Sao Paulo. « A court terme, il ne faut pas s'attendre à des investissements importants en Guinée, nous préférons concentrer nos efforts sur des projets au Brésil, déjà plus avancés», a-t-il ajouté, alors que le bénéfice net de son groupe a baissé de 66% au 3 ème trimestre. 

 

2,5 milliards de dollars

 

Vale avait acquis en avril 2010 51 % de la filiale guinéenne de Beny Steinmetz Group Resources (BSGR Guinée), qui détient les droits sur deux blocs du gisement de fer du mont Simandou et sur celui de Zogota, en Guinée forestière. Pour un montant de 2,5 milliards de dollars (1,9 million d’euros) dont 500 millions payés comptant... La coentreprise née de cette opération prévoyait alors d’atteindre une capacité annuelle de production de 50 millions de tonnes en 2015.
Luciano Siani a toutefois confirmé le caractère crucial, à long terme, de ces gisements pour son groupe.




Commenter cet article