/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba/xinhua

 

 

Le gouvernement guinéen n'a pas trouvé à redire au meeting de l'opposition qui s'est déroulé le samedi dernier à l'héliport de Bellevue, dans la banlieue de Conakry, preuve que la situation tend à se normaliser entre les deux camps, après une crispation qui a eu des répercussions sur le processus de transition.

 

Au cours de ce meeting qui avait été programmé par l'Alliance pour la démocratie et le progrès (ADP) et le Collectif des partis politiques pour la finalisation de la transition, au lendemain de la "manifestation interdite" du 27 août dernier, les deux blocs alliés ont réitéré leurs revendications qui portent sur "la recomposition entière sur base paritaire de la CENI et le départ de Way- Marck", l'opérateur sud-africain choisi pour gérer le fichier électoral.

Quant à la démission de Lounsény Camara, l'opposition parle "d'avancée, mais que cela ne résout pas toutes les questions fondamentales du processus de transition", selon Aboubacar Sylla, porte-parole de l'ADP et du Collectif.

Il faut rappeler que suite aux évènements du 27 août 2012, le président Alpha Condé a réitéré "sa ferme volonté de garantir et de protéger les libertés publiques, dont le droit de manifester, tout en œuvrant pour la sécurité des personnes et de leurs biens".

C'est dans cette optique, que le président a donné "des instructions au ministre de l'Administration du Territoire et de la Décentralisation, Dr Alhassane Condé, pour qu'il invite les partis politiques à une réunion de concertation", selon un communiqué officiel publié la semaine dernière.

Cette réunion qui n'a pas encore eu lieu portera sur "la relecture des textes légaux autorisant et encadrant les manifestations en République de Guinée, la mise en place de procédures opérationnelles pour l'autorisation et le déroulement des manifestations, le rappel de la responsabilité des organisateurs".

Ainsi que "la prise en compte de la sécurité des personnes et de leurs biens lors des manifestations et la place et le rôle des Forces de maintien de l'ordre".

Il faut noter que les incidents du 27 août avaient donné lieu à ce bilan dressé par les services de police, à savoir "20 gendarmes blessés par jets de pierre et 35 personnes interpellées pour violence contre les forces de l'ordre et vandalisme".

Après le meeting de l'héliport de Bellevue, l'opposition prévoit une marche pacifique pour le 20 septembre, sur toute l'étendue du territoire national.

Commenter cet article