/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

 

Notes fausses notes autour d’un ‘’coup d’Etat guinéen’’ : le pouvoir et l’opposition font une lecture sélective des rapports cités dans ‘’Le Canard’’

A l’heure où « Le Canard » bouclait son édition mardi matin, la Guinée, dans l’attente des résultats des élections législatives, n’avait rien d’un pays en état de siège. Le scrutin s’est déroulé plutôt calmement, selon les observateurs locaux et étrangers.  Et le risque de « Coup d’Etat », froidement annoncé par deux notes des services de renseignement français et américains (citées, le 23 septembre, dans ces colonnes), semblait s’éloigner.

Selon les parties en présence, la menace a fait l’objet de lectures radicalement opposées. Le camp du président Alpha Condé a sauté sur l’information pour accuser le principal parti  d’opposition (que notre article ne mentionnait pas) de comploter. « La ficelle est tirée de l’extérieur (…). Il y a des hommes politiques de l’UFDG qui sont à l’étranger,  orientent et manipulent », a déclaré Madifing Diané, ministre de la Sécurité, sans étayer son réquisitoire.

Il faisait aussi allusion, au passage, à la tentative d’assassinat, en juillet 2011, contre Alpha Condé, qui coûta la vie à deux de ses gardes du corps.  Le pouvoir y avait vu la main d’adversaires politiques.  L’un d’eux a été condamné à la perpétuité, en janvier, après un procès dont l’opposition conteste la régularité.

Formules incendiaires

Ladite opposition, de son côté, a cité au coup tordu, déclarant que le pouvoir avait inspiré ces notes. « Qu’un journal en parle, je peux comprendre, a indiqué Cellou Dalein, principal d’adversaire d’Alpha Condé, au site ‘’guineenews.org’’. mais que les ministres  de la République fassent une conférence de presse pour annoncer un Coup d’Etat qui se prépare  de la part de l’opposition… »

Ses conseillers dénoncent la vision « tribaliste » voire « raciste », exprimée dans ces rapports. Ceux-ci évoquent ainsi la constitution de « milices peules », que des ennemis du régime auraient recrutées. Une affirmation gratuite, jugent les proches de Diallo, et propre à nourrir les haines ethniques dans le pays. Et de déplorer l’action musclée de l’armée dans certaines régions et même des arrestations, comme celle de l’ex-opposant au dictateur Sékou Touré, le franco-Guinéen Abdoulaye Sy Savané, dont on est  sans nouvelles.

Fer à dessouder

En faisant état des deux documents à l’origine de ce tumulte politique, « Le Canard » n’a pas présenté des vérités d’Evangile. Mais bien des thèses de crânes d’œuf du Renseignement, appuyées, pour une partie d’entre elles, sur des réalités. Exemple : l’enquête FBI sur une affaire de corruption internationale.  Laquelle vise des proches du milliardaire franco-israélien Beny Steinmetz, accusé d’avoir arrosé,  en 2008 et 2010, des parents ou ministres des dirigeants guinéens.

Objectif : la conquête et la conservation d’une concession de la fabuleuse mine de fer de Simandou. Les services français et américains en concluaient –sans apporter des preuves- que Steinmetz était prêt à utiliser la force pour sauvegarder ses intérêts. Une accusation que le milliardaire réfute énergiquement.

En somme, il tient à garder sa mine, mais sans aller jusqu’au bras de fer ?

 

le canard enchaîné

Commenter cet article