/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

Le gouvernement guinéen ne jure désormais que par le Programme des Pays pauvres très endettés (PPTE), qui est désormais à portée de main de la Guinée.

L'obtention de ce Programme dont les résultats seront rendus publics le 26 septembre prochain est perçue comme une bouffée d'oxygène par le président Alpha Condé en personne. Car elle permettra à la Guinée de bénéficier d'un effacement de sa dette estimée à près de 3 milliards de dollars américains auprès des bailleurs de fonds.

Le vice-président de la Banque mondiale pour la région Afrique, Makhtar Diop qui a séjourné les 9 et 10 septembre à Conakry, avait planché sur l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative "PPTE" avec les autorités guinéennes.

M. Diop avait alors salué "les progrès substantiels accomplis par les autorités guinéennes ces deux dernières années en matière de redressement économique."

Rappelant qu'au cours de l'année fiscale 2012, la Guinée a eu le taux de décaissement "le plus élevé   de la région Afrique avec 38 pour cent".

Le gouvernement guinéen avait auparavant été félicité pour des progrès réalisés en termes de croissance par une mission du Fonds monétaire international (FMI) qui a séjourné à Conakry du 19 juillet au 8 août 2012.

Dans le cadre de  discussion sur la première revue d'un programme appuyé par la Facilité élargie de crédit (FEC), d'un montant  estimé à près de 194,50 millions de dollars us, approuvé par le Conseil d'administration le 24 février 2012.

Dans un communiqué publié au terme de cette mission, les experts du FMI avaient souligné que "l'économie guinéenne continue d'enregistrer une croissance rapide en 2012, dopée par l'accélération des investissements dans le secteur minier et une forte croissance dans l'agriculture".

Ajoutant que "l'inflation en glissement annuel, qui avait atteint un pic à 21 % à fin 2010, poursuit sa tendance à la baisse, s'étant établie à 15 % à fin juin 2012, et le taux de change s'est stabilisé".

Le FMI attribue  "cette bonne tenue au fruit d'efforts vigoureux déployés pour rétablir la discipline budgétaire et éviter le recours au financement bancaire du budget, en maintenant les dépenses au niveau des ressources disponibles, démarche confortée par une politique monétaire rigoureuse de la banque centrale".

Il faut souligner que "les recettes publiques ont augmenté plus que prévu au premier semestre de 2012, grâce à l'amélioration du recouvrement et en dépit de pertes importantes dues aux subventions aux carburants. Les dépenses sont restées nettement dans les limites des objectifs budgétaires. Les principaux objectifs du programme pour fin juin ont été respectés", à en croire le rapport de cette mission.

Ce communiqué prévoit avec une dose d'optimisme "des perspectives positives pour le reste de l'année 2012 et pour 2013. La croissance économique devrait se situer aux alentours de 5 % en moyenne, tandis que l'inflation devrait poursuivre sa tendance baissière".

Toutes ces lectures positives de la situation économique de la Guinée ne peuvent qu'augurer des perspectives heureuses pour ce pays, qui court derrière le PPTE, depuis plus d'une décennie.

Le gouvernement du président Alpha Condé sera sans doute le plus chanceux, en parvenant à arracher ce Programme de haute lutte le 26 septembre prochain.

Ces prédécesseurs avaient tenté le tout pour le tout sans y parvenir.

Commenter cet article