GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

La Guinée envisage de restructurer son secteur énergétique

 

 

Le ministre d’Etat guinéen à l’Energie et à l’Environnement, Papa Kolly Kourouma, a annoncé mercredi soir la prochaine «restructuration profonde» de Energie de Guinée (EDG), une société criblée de dettes et victime de plusieurs dysfonctionnements. S’exprimant au cours d’une conférence de presse, il a indiqué que les nouvelles autorités seront obligées de prendre des «mesures énergiques» pour lutter contre les fraudes avant de faire le tri entre les agents valables et non qualifiés, en vue de donner des garanties aux bailleurs de fonds qui investiront dans le secteur.

«La société EDG doit aux Impôts quelque 100 milliards de francs guinéens, 17 milliards sous forme de cotisation à la caisse des retraites, 34 milliards aux services des douanes et environ 80 millions de dollars américains aux partenaires», a-t-il affirmé.

Le ministre a rappelé les récentes visites à Conakry de plusieurs missions sud-africaine, polonaise, danoise, chinoise, ainsi que celles des partenaires traditionnels, notamment la Banque islamique de développement (BID), la Banque mondiale, l’Agence française de développement (AFD), soulignant qu’elles sont «toutes déterminées» à apporter leur soutien au secteur.

Il a indiqué que seuls 48 mégawatts sont fournis par certaines des cinq centrales thermiques de Tombo, à Conakry, qui a pourtant un besoin de 400 mégawatts.

«Ces difficultés sont consécutives à la vétusté des installations, au manque d’entretien, au faible investissement dans le secteur qui souffre aussi du phénomène des branchements clandestins et de la surfacturation», a-t-il dit.

M. Kourouma a souligné la panne et les arrêts de plusieurs centrales thermiques et hydrauliques disséminées à travers les régions de la Moyenne Guinée, de la Basse Guinée et de la Guinée forestière.

Selon lui, le kilowatt/heure qui devait être vendu à 700 francs guinéens est cédé à 70 francs guinées.

Il a déclaré que les nouvelles autorités étaient à pied d’œuvre pour trouver des solutions à la crise énergétique qui touche le pays depuis plusieurs décennies.

Des centaines de jeunes de la commune de Kaloum qui a massivement voté au second tour de la présidentielle pour le président Alpha Condé, avaient récemment manifesté leur mécontentement à cause des délestages.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article