/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba&Afp

 

http://blogs.mirror.co.uk/developing-world-stories/css/Sars.jpg

 

La police au Nigeria torture, viole et commet régulièrement des exécutions extrajudiciaires de suspects en détention, affirme un rapport publié mercredi par deux organisations de défense des droits de l'Homme.

Selon les ONG américaine Open Society Justice Initiative et nigériane Network of Police Reform in Nigeria, la police, qui manque de moyens financiers et matériels, "se livre régulièrement à des exécutions extrajudiciaires d'individus (...) soupçonnés de crime".

"Des centaines de Nigérians sont assassinés chaque année", affirme le rapport intitulé "Force criminelle: torture, abus et exécutions extrajudiciaires par la police nigériane".

Les suspects de vol à main armée sont particulièrement exposés au risque d'exécution.

"C'est presque comme si les personnes soupçonnées d'être des voleurs armés au Nigeria étaient exemptées des droits à la vie et à une procédure judiciaire garantis par la Constitution", note le rapport.

La torture est la principale méthode d'interrogatoire et de nombreux commissariats comptent une "salle de torture" dans laquelle les détenus sont passés à tabac, brûlés au fer ou se font arracher les ongles.

Les viols de prostituées arrêtées sont courants, perçus comme des "avantages" liés aux patrouilles de nuit, selon les ONG.

Le rapport souligne que la police du pays le plus peuplé d'Afrique (150 millions d'habitants) est "trop centralisée, manque de ressources, est mal équipée et souffre d'interférences politiques".

Des organisations internationales de défense des droits de l'Homme comme Amnesty International et Humans Rights Watch ont déjà dénoncé l'impunité dans laquelle la police nigériane commet des exactions, mais ces accusations sont régulièrement rejetées par les responsables de la police.

Cependant, le précédent ministre de la Police Ibrahim Lame a dénoncé en mars "le nombre croissant de cas d'exécutions extrajudiciaires, les violations des droits de l'Homme", estimant qu'ils témoignaient "de l'incapacité ou de la négligence des hauts responsables de la police".

 

Commenter cet article