GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

La zoophilie et la loi

http://img315.imageshack.us/img315/6143/zoophilie8al.png

L'homme avait pris pour habitude d'organiser des sessions de sexe avec des poneys à son domicile dont il diffusait ensuite les clichés sur la toile. L.C. doit s'expliquer de ses actes aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Malines. Ayant pris connaissance des abus sexuels dont ont été victimes les poneys, l'organisation de défense des animaux s'était alors empressée de porter l'affaire en justice. Mais les faits ne s'arrêtent pas là.


 En menant l'enquête, le parquet de Malines a découvert des photos de pornographie enfantine que l'homme avait en sa possession et des conversations par chat dans lesquels il démontre clairement son intérêt pour les relations sexuelles avec des enfants. L'accusé fut arrêté pendant un certain temps et remis en liberté conditionnelle. GAIA s'est portée partie civile. Les personnes qui ont eu des relations sexuelles avec les animaux n'ont pas été poursuivies. L'existence de ce nouveau fait de mœurs justifie plus que jamais l'interdiction de la zoophilie adoptée récemment par le Parlement à l'égard de la loi sur le bien-être animal du 14 août 1986.



Il y a deux ans, GAIA a appris l'existence de L.C., 55 ans et président de l'association belge des chevaux miniatures grâce à un contact qui avait reçu, lors d'un chat sur Internet, une proposition pour visualiser des scènes sexuelles réalisées avec des poneys et pour éventuellement venir tester cela lui-même. GAIA en a immédiatement été avertie et a pris les mesures nécessaires pour faire cesser ces immoralités en déposant plainte auprès du parquet. L.C. est inculpé pour possession de matériels à caractère pornographique où des enfants apparaissent et d'outrage aux mœurs avec des mini-chevaux. Il est donc passible d'une peine d'emprisonnement d'un an et du paiement d'une amende de 5 000€.



Qu'y-a-t-il à voir ?
Des films perquisitionnés laissaient voir une femme réalisant une fellation et une masturbation sur un mini-poney ainsi que des femmes qui faisaient apparemment l'objet d'une pénétration vaginale par un petit poney. Il s'agissait bien des animaux dont l'accusé est le propriétaire. Les images ont été tournées au domicile de L.C. Les femmes n'ont pas été poursuivies.



L'importance d'une interdiction légale


Cette nouvelle affaire sordide de zoophilie ainsi que l'acquittement pour maltraitance animale du violeur de chiens Freki en novembre 2006, justifie plus que jamais les dispositions prises par le Parlement à l'égard de la loi sur le bien-être animal du 14 août 1986. Le 8 février de cette année, le Sénat a suivi l'exemple de la Chambre en votant explicitement l'interdiction de s'adonner à la zoophilie. L'auteur est donc désormais passible de peines d'emprisonnement allant de trois à six mois. Les peines seront doublées en cas de récidive. Ces dispositions ont été prises par le Parlement pour éviter que le scénario de Freki ne se reproduise à l'avenir. Cet homme de Genk avait diffusé sur Internet des photos de ses « performances » sexuelles avec des dizaines de chiens de refuges dont il s'occupait. La Cour d'Appel d'Anvers l'a seulement accusé d'outrage aux mœurs mais il l'a acquitté pour maltraitance animale.



Ce jugement en a surpris plus d'un notamment parce que Freki avait fait endurer ces traitements dégoûtants aux chiens pendant deux longues années. Grâce à la demande de modification de la législation introduite par GAIA, ce jugement ne pourra heureusement plus se reproduire à l'avenir. Toutefois, cette nouvelle affaire sordide qui nous occupe est antérieure à l'entrée en vigueur de cette modification légale.


Entre-temps, la secrétaire de l'association belge des chevaux miniatures (BMP) a fait savoir dans un mail au nom de l'administration adressé à GAIA qu'elle est énormément choquée par les "pratiques (détestables)" de son président et qu'elle en a pris formellement ses distances. "Nous ne manquerons pas de prendre des mesures pour mettre de l'ordre dans les affaires" écrit encore la secrétaire de BMP.
 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article