GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Le Comité inter-africain de lutte contre les mutilations génitales préoccupé par le cas de la Guinée

 

Le Directeur exécutif du Comité inter-africain de lutte contre les pratiques néfastes pour la santé des femmes et des enfants, Dr Mory Sanda Kouyaté, est en séjour de travail à Conakry, capitale guinéenne où l'excision est encore une pratique courante, a rapporté la radio nationale mardi.

 

Dr Mory Sanda Kouyaté va profiter de son séjour pour la relance des activités du Comité inter-africain de lutte contre les pratiques néfastes pour la santé des femmes et des enfants à travers son partenaire de terrain basé en Guinée qui est la Cellule de Lutte contre les pratiques traditionnelles néfastes affectant la femme et l'enfant (CEPETAF).

Le Comité vient surtout s'enquérir des informations autour des folles rumeurs qui avaient couru lors des vacances scolaires,  dans l'intervalle de juillet à septembre, faisant cas "d'une maladie censée affecter les filles non excisées.'' Ces rumeurs ont été qualifiées de "fausses" par le  Comité inter-africain de lutte contre les pratiques néfastes pour la santé des femmes et des enfants.

Il conviendrait de rappeler que dans son combat contre l'excision en Guinée, le Comité inter-africain de lutte contre les pratiques néfastes pour la santé des femmes et des enfants avait organisé un atelier régional sur les mutilations génitales féminines le 27 avril 2011 à Conakry. Cet atelier co-présidé par Madame la Première dame de Guinée Djènè Condé et son homologue du Burkina Faso Madame Chantale Compaoré avait regroupé les représentants d'une dizaine de pays africains.

  Des campagnes de sensibilisation avaient déjà permis le dépôt de couteaux d'excision par certaines localités intérieures de la Guinée.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article