/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

Le premier ministre guinéen Jean-Marie Doré et les leaders de l'opposition, lors d'un point presse le 12 octobre à Conakry.

Les représentants du pouvoir et de l'opposition en Guinée peinaient toujours dimanche à s'entendre sur des "vérifications" à Matoto, la plus grande circonscription électorale du pays, ce qui continue de retarder la publication des résultats complets des législatives du 28 septembre.

 

L'ONU et plusieurs représentants de la communauté internationale, dont la Cédéao (communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest), l'Union européenne et l'Organisation internationale de la francophonie ont fait part de leur préoccupation face au retard dans la publication des résultats.

La "Commission électorale nationale doit tout faire pour achever l'enregistrement des résultats préliminaires afin qu'ils soient publiés avant l'Aïd al Adha" (fête musulmane qui tombe mardi)", lit-on dans le communiqué conjoint publié par l'ONU et d'autres organisations.

 

La commission administrative de centralisation des votes (CACV) est chargée deréunir et transmettre les résultats à la Commission électorale nationale indépendante (Céni), une instance paritaire composée de représentants de la mouvance présidentielle et de l'opposition, qui n'attend désormais que les résultats de Matoto, sur les 38 circonscriptions du pays.

Problème : depuis plusieurs jours, le parti au pouvoir, le Rassemblement du Peuple de Guinée (RPG), a exigé diverses "vérifications", mettant en doute la véracité des chiffres de Matoto et soupçonnant le président de la CACV, le magistrat Victorien Rahba, d'avoir manipulé "des procès-verbaux (PV) 'litigieux'".

 

 

 L'OPPOSITION CONTRE UN NOUVEAU "MAGISTRAT-SUPERVISEUR"


La Céni a saisi la Cour suprême sur le cas du magistrat Rahba et, en attendant la réponse de cette juridiction, elle a annoncé dimanche avoir désigné "à titreexceptionnel le magistrat Seny Camara pour assurer la supervision des travaux"de la CACV de Matoto, espérant ainsi lever le blocage.

Cette solution a été rejetée par l'opposition, qui a récusé le magistrat Camara, et réitéré sa demande d'annulation des élections"Je voudrais réaffirmer notre volonté de voir ces élections annulées et en attendant, nous récusons de la manière la plus catégorique la présence de ce 'magistrat-superviseur', un terme créé par la Céni, qui n'existe pas dans le Code électoral guinéen", a déclaré l'opposant et ex-premier ministre Sidya Touré, en présence d'autres ténors de l'opposition dont Cellou Dalein Diallo et Jean-Marie Doré. "Nous nous sommes opposés catégoriquement à ce qu'un autre magistrat remplace celui qui est en place. Nous n'accepterons pas cela", a-t-il ajouté.

Le décompte des voix qui était censé reprendre dimanche après plusieurs jours d'empêchement n'a pu avoir lieu, alors que des représentants des partis étaient sur place depuis dimanche matin, de même que des observateurs de l'Union européenne. Aucun incident n'a cependant été signalé

 

lemonde.fr

Commenter cet article