GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Les gays se marient à Mexico: 10 pour cent de la population mexicaine est homosexuelle

http://www.lexpress.fr/medias/526/mexico-1_383.jpg

En permettant aux couples homosexuels de se marier et d'adopter des enfants, le maire de Mexico apparaît comme l'un des plus progressistes du continent.


Tout était prêt à la mairie de Mexico pour le jour J, ce jeudi: les cordons de policiers pour les manifestants, les estrades pour les centaines de caméras et le vin d'honneur pour le bouquet final. Les mariés sont arrivés en retard, comme toujours au Mexique. Les femmes d'abord, les hommes ensuite ont gentiment posé pour les photographes, s'exécutant aux "besos!", "besos!" (baisers) criés par la presse. Mais la cérémonie ne pouvait commencer sans le héros du jour, qui a rejoint la salle à grandes enjambées et le sourire aux lèvres.

"C'est un jour historique", a simplement dit le maire de Mexico, Marcelo Ebrard, auteur de la première loi sur le mariage homosexuel en Amérique latine. Ce jeudi, le maire avait accepté l'invitation de cinq couples homosexuels d'être leur témoin. Marcelo Ebrard (PRD, gauche) n'a fait aucun discours mais l'image de l'homme serrant chaleureusement dans ses bras chacun des mariés, restera longtemps dans les mémoires. "Ici nous avons une vraie loi, ce qui fait toute la différence avec Buenos Aires (Argentine) où un juge vient d'annuler le seul mariage entre homosexuels la semaine dernière", a expliqué Jaime Lopez, avocat et défenseur des droits homosexuels et qui vient de s'unir après 10 ans de vie commune avec son compagnon David.



Les foudres de l'Eglise

Celles qui ont attiré plus que d'autres la nuée de microphones, étaient les deux mamans en blanc se mariant aux côtés de leur petite fille de cinq ans. La nouvelle loi, qui est en réalité une réforme du Code civil, implique non seulement le mariage entre personnes de même sexe mais également l'adoption d'enfants par ces mêmes couples.


Pour cette petite révolution, le maire de Mexico apparaît aujourd'hui comme le plus progressiste du continent. En quatre ans à la tête de la capitale, Marcelo Ebrard a beaucoup osé dans un pays qui reste profondément catholique. Il a d'abord fait voter l'avortement, interdit sur tout le continent, hormis à Cuba. Puis ce fut le tour de l'identité transsexuelle d'être reconnue, avant de proposer une union civile pour les homosexuels, aujourd'hui transformé en mariage.


A chaque réforme, il s'attire les foudres de l'Eglise, auxquelles il répond souvent par: "Ce discours date du Moyen-âge. J'appelle tous les catholiques à la tolérance et au respect de la diversité". A l'extérieur de la mairie, seuls quelques manifestants affiliés au PAN, le parti du président Felipe Calderon (droite), étaient présents. Tous les médias mexicains cherchaient à savoir comment la population accepte la nouvelle mesure. Mais les sociologues mis à contribution ont bien du mal à répondre dans une société en pleine évolution.


Seules deux évidences étaient répétées sur toutes les ondes: près de 10% de la population serait homosexuelle au Mexique (soit près de 11 millions de personnes) et les jeunes, qui sont les plus nombreux dans le pays, sont plutôt favorables à la mesure. La réforme que tout le monde disait "suicidaire" dans le pays le plus catholique du monde, est peut-être un excellent calcul politique pour Marcelo Ebrard.


Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article