/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

Combattants du Mouvement national pour la libération de l'Azawad. Crédit : AFP PHOTO / MNLA.

 

Les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA), mis en déroute par les groupes islamistes du nord du Mali, se restructurent avec le soutien de la Suisse, pays pourtant connu pour sa longue tradition de neutralité. Enquête. 

 

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a participé à l’organisation et au financement d’une réunion politique des rebelles touaregs indépendantistes du Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) les 25, 26 et 27 juillet à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso, a appris Le Temps auprès de sources concordantes. Organisée dans le cadre de la médiation de la Cédéao (Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest), cette rencontre devait permettre au bureau politique du MNLA de clarifier ses revendications en vue d’un règlement politique de la crise dans le nord du Mali. 

Cependant, comme l’atteste le communiqué de presse final du mouvement, le débat portait également sur des enjeux de politique interne, avec l’adoption de ”dispositions urgentes pour l’atteinte des objectifs du MNLA”. Directeur de recherche émérite au Centre national de la recherche scientifique à Paris (CNRS), spécialiste de la zone sahélo-saharienne et des populations touaregs, André Bourgeot s’en étonne : "Le MNLA revendique, comme objectif principal, une partition territoriale non reconnue internationalement et qu’une immense majorité des populations du septentrion malien ne veut pas. Il dit avoir tenu ces discussions afin d’y parvenir. Je suis surpris par l’implication politique du DFAE, les autorités suisses étant officiellement neutres. Cela équivaut à une caution politique."

Selon la synthèse des travaux de cette rencontre que Le Temps a pu se procurer, les discussions ont également porté sur la propagande à mener auprès des différentes communautés du nord du Mali. Des ordres ont été donnés pour restructurer le bureau politique. Plusieurs cadres du MNLA, menacés de radiation pour des prises de position jugées non conformes à la ligne directrice du mouvement, ont été placés sous stricte surveillance pour une durée d’un an. Deux représentants du DFAE étaient présents à cette réunion, en ouverture et en clôture de session, mais pas durant les débats que suivait un conseiller technique du ministère burkinabé des Affaires étrangères. ”Ils nous ont dit que la Suisse était là pour promouvoir la paix dans cette région du monde. Ils nous ont encouragés à poursuivre sur cette voie”, révèle Moussa Ag Assarid, porte-parole du MNLA. Dans son discours, le président du mouvement rebelle touareg, Bilal Ag Acherif, a même chaleureusement remercié le "gouvernement fédéral suisse"  pour son travail de "facilitation". 

La Confédération s’implique depuis plusieurs années déjà pour un règlement de la crise au Mali, à travers son programme de politique de paix en Afrique de l’Ouest. Mais dans ce cas, la gêne est perceptible. Le MNLA a mauvaise presse. "Trois rapports d’ONG ont condamné les exactions des groupes armés dans le nord du Mali, dont le MNLA. Des cas de vols et de sévices sexuels ont été rapportés", témoigne le chercheur André Bourgeot. Curieusement, plusieurs photos dans lesquelles apparaissaient les représentants du DFAE lors de cette réunion ont été retirées des sites Internet pro-indépendantistes, quelques jours après leur publication. 

Le DFAE a également réglé la facture logistique de cette réunion, a appris Le Temps de sources concordantes. Une aide ponctuelle et très ciblée, tient à clarifier le porte-parole du MNLA, Moussa Ag Assarid : "La Suisse n’a pas financé autre chose que la réunion de Ouagadougou." Le DFAE, que Le Temps a sollicité afin de confirmer ces informations, ne les dément pas mais refuse d’entrer dans le détail. "La réunion du MNLA fin juillet à Ouagadougou s’inscrit dans le cadre du processus de médiation du Burkina Faso auquel la Suisse apporte un soutien, à la demande des parties au conflit", fait savoir Carole Wälti, porte-parole au DFAE. Impossible d’obtenir le détail de la facture logistique de cet événement, aucun des organisateurs ne souhaitant nous communiquer les chiffres précis. Mais selon une source proche du mouvement, le montant avoisine les 15 000 francs. 

L’engagement suisse dans le processus politique du MNLA fait naître les espoirs les plus fous au sein d’un mouvement isolé et affaibli, après la mise en déroute de ses unités combattantes par les principaux groupes islamistes du nord du Mali à la fin juin. Selon le journaliste touareg Acheick Ag Mohamed, ”le MNLA consulte ­régulièrement la Suisse”. Cet homme, rédacteur en chef de Toumast Press,un site Internet d’information proche des milieux indépendantistes touaregs, estime que la facilitation suisse s’apparente à ”un soutien, l’un des rares dont peut se prévaloir le MNLA”. Le Département fédéral des affaires étrangères s’en défend. "Le DFAE ne soutient pas le MNLA mais la médiation du Burkina Faso et travaille dans ce cadre avec les parties au conflit”, communique la porte-parole Carole Wälti.

Personne n’est actuellement en mesure de clarifier le rôle joué par la Suisse ni de pronostiquer celui qu’elle acceptera ou non à l’avenir. Beaucoup s’interrogent et s’impatientent. Mohamed, un adolescent touareg de Tombouctou qui a combattu avec le MNLA avant de déposer les armes, témoigne : "Tout le monde parle de la Suisse au MNLA. Beaucoup de combattants sont persuadés que la Suisse veut l’indépendance de l’Azawad. L’un de nos chefs se faisait même appeler le Suisse. Il est persuadé qu’il sera un jour ambassadeur de l’Azawad en Suisse."

 

REPÈRE Qui sont les Touaregs ?

Ceux sont des populations berbères nomades musulmanes. Bergers, ils vivent essentiellement au Niger, au Mali, en Algérie et en Libye. Les Touaregs sont organisés en tribus. Les hommes portent un voile indigo (tagelmust), d’où leur surnom d’“hommes bleus”. Ce sont des musulmans sunnites et ils parlent une langue berbère : le tamacheq.

Nomades dans l’âme, les Touaregs se nomment  eux-mêmes Imajeren (hommes libres). Ce peuple compte de 1 à 3 millions d’individus, d’après l’Unesco ; 85 % d’entre eux vivent au Mali, où ils représentent 10 % de la population. Dans la société touareg, les femmes bénéficient d’un statut inégalé : détentrices des savoirs et des richesses, elles sont les gardiennes des traditions.

 

Claude-Olivier Volluz | Le Temps

Commenter cet article