/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba/afp

 

La venue au Mali de plusieurs chefs d'Etat ouest-africains pour y négocier avec la junte militaire a été annulée à la suite d'une brève manifestation a l'aéroport par des partisans du coup d'Etat du 22 mars, a appris l'AFP de source officielle.

"Le sommet est reporté à cause de problème de sécurité tout à l'heure sur l'aéroport de Bamako", a indiqué à l'AFP à Bamako le ministre burkinabè des Affaires étrangères, Djibril Bassolé.

Selon une source aéroportuaire, Alassane Ouattara, chef de l'Etat ivoirien et président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) "était dans l'espace aérien malien, il a fait demi-tour".

Blaise Compaoré, président burkinabé et médiateur dans la crise malienne, "ne vient plus", selon une source sécuritaire. Boni Yayi, chef de l'Etat béninois et président en exercice de l'Union africaine (UA) "ne vient plus" non plus, selon une source proche de la délégation béninoise.

Ils devaient se retrouver dans la journée à Abidjan pour "une réunion d'urgence" à la suite de cet incident, a-t-on appris auprès de la présidence du Burkina.

"Les chefs d'Etat viennent à Abidjan pour une réunion à l'aéroport autour du président Ouattara", a confirmé à l'AFP une source à la présidence ivoirienne, expliquant l'annulation du sommet de Bamako par la manifestation pro-junte sur le tarmac de l'aéroport.

En milieu de matinée, une dizaine de manifestants pro-junte ont brièvement envahi le tarmac. Ils entendaient protester contre la venue de cette délégation pour discuter avec la junte de la façon de retourner au plus vite à l'ordre constitutionnel, une semaine après le coup d'Etat du 22 mars qui a renversé le président Amadou Toumani Touré (ATT).

Des membres de la junte présents sur place, ainsi que des militaires chargés de la sécurité de l'aéroport, sont intervenus pour convaincre les manifestants d'évacuer la piste, ce qu'ils ont fait.

Le chef de la junte, le capitaine Amadou Sanogo, était lui aussi présent à l'aéroport pour y accueillir la délégation ouest-africaine. Malgré l'annulation du sommet, il a pu s'entretenir avec une délégation ministérielle de la Cédéao déjà sur place, selon le ministre Bassolé.

Commenter cet article