/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

 

Un mini-sommet prévu mardi à Bamako, en marge des festivités du cinquantenaire du Mali, entre les présidents Amadou Toumani Touré, Blaise Compaoré et le général Sékouba Konaté, devrait permettre de «choisir rapidement» la date du second tour du scrutin présidentiel guinéen qui pourrait se tenir en octobre, a confié à la PANA une source diplomatique.

Selon la même source, les présidents Touré et Compaoré devraient insister davantage auprès du général Konaté pour le persuader à s'impliquer personnellement dans le processus électoral qui «bat de l'aile» depuis le premier tour, organisé en juin dernier.

Le second tour opposera le leader de l'Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG)), Cellou Dalein Diallo, arrivé en tête du premier tour avec 43,69% des voix, à Alpha Condé, le candidat et chef du Rassemblement du peuple de Guinée (RPG), crédité de 18,65 des suffrages. Initialement prévu dimanche dernier, le scrutin a été reporté sine die à cause «des difficultés techniques» annoncées par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). 

A cet égard, le général Konaté avait exprimé sa déception et invité tous les acteurs de la transition à «jouer honnêtement», de «manière responsable», leurs rôles pour sauver les Guinéens qui ont trop enduré.

Il avait rappelé que les accords, signés le 15 janvier dernier à Ouagadougou, sous l'égide du président Compaoré, ordonnaient aux institutions de la transition d'organiser les élections au bout de six mois en vue de rendre le pouvoir aux civils. La vice-présidente de la CENI, Hadja Aminata Camara, a indiqué à la presse que le scrutin pourrait se tenir dans deux semaines.

S'exprimant à l'issue d'une réunion avec les membres du Groupe international de contact (GIC), arrivés à Conakry le week-end dernier, elle s'est refusée d'avancer une date exacte, arguant qu'à la fin de leurs travaux le gouvernement devrait prendre la décision de fixer la date du second tour. 

Le représentant l'Union africaine (UA) au sein du GIC, Ibrahima Fall, avait souligné que la CENI devrait rapidement trouver des solutions aux 24 points soulevant des contestations et fixer «rapidement» la date de l'organisation d'une élection «transparente et crédible».

Des tiraillements et autres empoignades opposent les membres de la CENI au sujet du remplacement de son président, Ben Sékou Sylla, décédé des suites d'une longue maladie.

Décédé à Paris, M. Sylla, qui dirigeait la CENI depuis 2007, a été inhumé dimanche à Conakry 

Commenter cet article