/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba&Afp

http://www.lematin.ch/files/imagecache/230x180/dossiers/67f3bcc_0.jpgLa junte militaire qui a renversé jeudi le président nigérien Mamadou Tandja a pour président le chef d'escadron Salou Djibo, jusqu'alors peu connu du grand public.


Né en 1965, le nouvel homme fort de Niamey, à la tête du "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" (CSRD, junte), a reçu sa formation militaire en Côte d'Ivoire, en Chine et au Maroc.

Il avait fait ses classes primaires à Namaro, une bourgade de l'ouest du Niger.

Quasiment inconnu du public, jusqu'au putsch de jeudi, ce commandant de la Compagnie d'appui de Niamey, qui dispose d'armements lourds tels les blindés, est d'apparence très calme.

"Il est très méthodique et est un homme de parole", a affirmé à l'AFP l'un de ses collègues de la Compagnie d'appui, l'une des plus importantes garnisons de la capitale, que Salou Djibo dirige depuis cinq ans.

Pour réussir son coup, le commandant s'est entouré d'une quinzaine d'officiers très connus, dont certains très proches du président déchu Mamadou Tandja.

Certains de ces officiers dirigent les garnisons de la capitale et ont participé aux précédents coups d'Etat de 1996 et 1999.

Parmi eux, le colonel Djibrilla Hamidou Hima, puissant commandant de la Zone militaire de défense numéro 1 qui couvre plusieurs régions de l'Ouest, dont Niamey, Tillabéri et Dosso.

Egalement surnommé "Pelé", en raison de sa passion pour le football, le colonel Hima est également le président de la Fédération nigérienne de football (Fenifoot).

Il fut le numéro 2 de la junte dirigée par le commandant Daouda Malam Wanké qui avait reversé le président Ibrahim Baré Maïnassara en avril 1999. Le coup fut suivi de l'élection présidentielle remportée par Mamadou Tandja.

Autre figure importante du CSRD, le commandant Abdoulaye Adamou Harouna, fils d'un ancien officier de la junte du général Seïni Kountché, auteur du tout premier coup d'Etat au Niger, qui avait renversé Diori Hamani le premier président civil du pays sahélien, en avril 1974.

Le Conseil militaire compte aussi dans ses rangs le colonel parachutiste Abdoulaye Sanda, ancien aide de camp du défunt président Maïnassara.

Le général Abdou Kaza, ancien aide de camp de Mamadou Tandja (un ex-colonel) et le colonel Wali Karingama, l'ancien chef de la garde présidentielle du président déchu, comptent aussi parmi les hommes du CSRD.

Commenter cet article