/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par walfadjiri

 

La Rencontre africaine pour la défense des doits de l'homme (Raddho), en partenariat avec l'Ong Trust Africa, a effectué, il y a quelques jours, une visite en Guinée pour s'enquérir de la situation sur le terrain. Une occasion pour cette structure de tirer la sonnette d'alarme. 

C'est dans la semaine du 16 au 23 octobre 2010 que la Raddho est partie en visite de prospection en Guinée. Un pays en proie à des affrontements ethniques et qui sombre de plus en plus dans la violence. C'est pourquoi, dans une déclaration qui fait office de rapport, la Raddho appelle à ‘enrayer la dangereuse spirale de la violence ethnique en Guinée’. Et l'enjeu qui entoure, aujourd'hui, le second tour des élections présidentielles a amené cette structure panafricaine des droits de l'homme à associer tous les acteurs politiques concernés. ‘La délégation a rencontré les acteurs de la transition dont le Premier ministre, Jean Marie Doré, le général Siaka Toumani Sangharé et l'ancien président de la Ceni, Loucény Camara (...)’, note t-on dans la déclaration. Car dans le contexte actuel, marqué par une grande fragilité, les démons de la division risquent de profiter de l'impasse pour déstabiliser le pays.

Mieux, ‘l'enjeu de ce contexte étant le contrôle du pouvoir d'Etat, suite à plus de 50 ans de dictatures militaires et civiles au cours desquelles les seules zones de repli et de sécurité pour les citoyens restaient les communautés ethniques et territoriales, transformées en partis politiques et en instruments de conquête du pouvoir’, révèle le rapport. Une situation qui pousse la Raddho à ‘exprimer sa vive inquiétude face aux menaces qui pèsent sur la paix et la sécurité de la Guinée, mais également de toute la sous région’. Cela, non sans peaufiner quelques recommandations aux responsables politiques guinéens. Et malgré tous ses efforts, le général Sékouba Konaté est prié à ‘agir avec plus de célérité et de diligence dans cette phase complexe et délicate de sa mission’.

Pourtant, les deux candidats finalistes de ce second tour, Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, ont également un rôle crucial à jouer dans la campagne d'apaisement de la violence. Par exemple, ‘condamner expressément toutes les violences d'où qu'elles viennent’, précise la Raddho. Un rôle de première importance qu'ils se doivent de partager avec la société civile du pays. Cette entité ‘longtemps considérée comme fer de lance de la transition’, soulignent les termes de la déclaration. Même si, il est vrai, la communauté internationale a un rôle majeur à jouer dans ce tournant décisif de l'évolution politique de la Guinée. Et dans ce registre, la Raddho est formelle : ‘Elle doit se mobiliser pour éviter à la Guinée, les aventures du Rwanda, de la Côte d'Ivoire ou des pays de la sous région, qui ont connu des conflits meurtriers consécutifs à la conquête du pouvoir’.

Commenter cet article