GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Présidentielle : les réclamations se multiplient au rythme des résultats partiels

Dans l'attente d'une proclamation définitive, les résultats partiels du second tour de la présidentielle continuent à tomber. Et les camps des deux candidats multiplient réclamations et exigences.

La Commission électorale nationale indépendante de Guinée (Ceni) a convoqué une conférence de presse mardi. Puis jeudi. À chaque fois, elle n’a révélé qu’une partie des scores des deux candidats dans quelques régions. Et, à chaque fois, elle a annoncé le report de la proclamation des résultats du second tour de l’élection présidentielle.

Jeudi 11 novembre au soir, les derniers chiffres publiés – toujours partiels - révèlent une avance significative d’Alpha Condé en Guinée-Forestière, mais les totaux des données rendues publiques jusqu’à présent montrent que Cellou Dalein Diallo conserve une légère avance. Les scores actuels sont environ la moitié des votes exprimés, et ne sont donc pas encore révélateurs (voir tableau).

Plaintes dans chaque camp

Cette longue attente s’explique par les réclamations émanant des deux camps. Et les plaintes pour fraude rapportées à la Ceni se multiplient.

L’alliance « Cellou Dalein Président » exige notamment l’annulation des résultats à Siguiri et Kouroussa, deux localités importantes de Haute-Guinée (fief de Condé).  Leurs assesseurs et délégués, victimes selon elle de menaces et de violence, n’ont pas pu suivre le vote.

L’alliance « Arc-en-ciel » a les mêmes exigences et invoque des raisons semblables pour cinq villes (Labé, Télémélé, …) de Moyenne-Guinée, fief de Diallo.

« Toutes les réclamations seront examinées », assure le président de la Ceni, le général malien Siaka Toumani Sangaré, tandis que la tension entre les deux camps ne cesse de monter. Alors que les résultats – qu’ils ne semblent pas être disposés à accepter - devraient être enfin proclamés dans le courant du week-end.
 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article