GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Quand le New York Times parle de Pottal fii Bhantal Fouta Djallon


 

Le bureau est situé derrière une mosquée du Bronx ; c’est le siège du groupe de soutien des  immigrants en provenance de Guinée, le pays d’origine de l’employée d'hôtel qui a accusé le politicien français Dominique Strauss-Kahn d'agression sexuelle en mai. Dans un coin du bureau il y a des piles de papiers  et de pancartes qui ont été préparés pour un rassemblement pour protester contre la violence contre les femmes guinéennes.

«Nous ne demandons pas la vengeance", explique Mamadou Diallo Maladho, un membre de l'organisation. "Nous demandons la justice». Mais M. Diallo ne parlait pas de M. Strauss-Kahn. Bien avant cette affaire qui a fait les manchettes des journaux à travers le monde, les Guinéens de New York avaient  subi un autre traumatisme qui pèse aussi lourdement sur leur diaspora. Il y a près deux ans, les forces de sécurité en Guinée se sont déchaînées dans un rassemblement de l'opposition dans la capitale du pays, violant et tuant des dizaines de manifestants.

La plupart des victimes étaient de l'ethnie peule, la plus importante de la Guinée. Depuis lors, les Peuls demandent - jusqu'ici sans succès -  la poursuite des attaquants. Un groupe de Peuls dans la région de New York est en train d'organiser une campagne nationale aux États-Unis pour attirer l'attention sur leur quête de justice.

La campagne débutera le jeudi avec une conférence de presse à l'édifice Adam Clayton Powell Bureau d'État à Harlem. Un rassemblement devant l'Organisation des Nations Unies est prévue pour le 28 septembre.

La plainte contre M. Strauss-Kahn a été retirée le mois dernier avec les doutes des procureurs quant à la crédibilité de l'accusateur, Nafissatou Diallo. (Nafissatou n'est pas liée à Mamadou Diallo Maladho. Ils partagent un nom très commun en Guinée). Mme Diallo qui a 33 ans et qui a rendu publique son identité, a intenté une action  civile en instance contre M. Strauss-Kahn pour des dommages monétaires.

 Les membres de la communauté peule espèrent maintenant amener le débat sur ce qu'ils considèrent comme une question plus pressante et vitale pour leur ethnie. Le massacre de 2009 - et, plus largement, la question de la persécution des Peuls par d'autres groupes ethniques en Guinée - n'est jamais loin de la conversation à New York dans la diaspora guinéenne, qui est surtout concentrée dans le Bronx.

Ces questions sont discutées avec passion au cours des repas faits de riz et de ragoût dans les restaurants et les cafés guinéen, et sur les trottoirs autour des mosquées qu’ils dirigent. Sur les programmes de radio, diffusés sur Internet à partir de New York, les invités et les auditeurs débattent souvent les causes des tensions ethniques. Environ 4000 immigrants en provenance de Guinée vivent dans la ville, selon le Bureau de recensement.

L'organisation guinéenne de défense des droits de l’homme, Pottal Fii Bhantal du Fouta-Djalon, a parrainé deux rassemblements devant les Nations Unies, où les manifestants brandissaient des pancartes de la maison, dont certains avec des photos horribles prises lors du massacre en 2009.  On montre une femme battue s'habiller après avoir été agressée sexuellement, un autre montre une rangée de cadavres dans la saleté.

Dans une interview au siège de l'organisation, dans le quartier Morrisania du Bronx, M. Diallo souligne, à propos des pancartes. «Nous les gardons ici de sorte que quand il ya un autre massacre en Guinée, nous n'aurons pas à faire de nouvelles»,  dit-il.

La Cour pénale internationale de La Haye examine le dossier des meurtres et les viols qui ont eu lieu le 28 septembre 2009. Mais les dirigeants Peuls à New-York se disent frustrés par le rythme de l'enquête et s’inquiètent des regains de violence. Ils ont l'intention d'organiser des forums dans les collèges et les universités du pays dans l'espoir de mobiliser la pression sur le tribunal.

Norman Siegel, ancien directeur exécutif de la New York Civil Liberties Union, qui assiste les militants Peuls, a déclaré  que la preuve que les crimes contre l'humanité ont été commis dans la capitale guinéenne, Conakry, est "limpide".

« Si personne n’est tenu responsable pour ces crimes commis ces jours là, quand est-ce que quelqu’un sera-t-il tenu responsable ? »

Les tensions ethniques en Guinée ont également divisé  la population guinéenne de New York. Des guinéens qui étaient autrefois des amis ne se parlent plus, du fait des différences ethniques. Beaucoup de Peuls tiennent les membres de l'ethnie rivale malinké, la deuxième en Guinée, en partie responsable du massacre du stade et pour d'autres actes de persécution en Guinée. En conséquence, dans les différents quartiers les Peuls refusent de faire des achats  dans les magasins détenus par des malinkés. Les malinkés ne fréquentent plus des cafés exploités par des peuls.

Expliquant son aversion récente pour la nourriture malinké,  M. Diallo, membre du groupe de défense (Ndlr : Pottal-Fii-Bhantal Fouta-Djalon), a déclaré: "Je ne puis être sûr si ce n’est pas empoisonné."

L'accusatrice  de M. Strauss-Kahn, Mme Diallo, est peule ;  ces accusations d'agression sexuelle ont rouvert les plaies de la communauté guinéenne.  Après que l'affaire ait fait les manchettes des journaux, la communauté peule  de New York s’est  ralliée derrière Mme Diallo, tandis que des malinkés furent prompts à douter de ses accusations.

Les leaders  peuls à New York, qui avaient mis en veille leur campagne à cause de la  fureur entourant l’affaire de Nafissatou Diallo, disent qu'ils ne peuvent plus retarder leur quête de justice pour les victimes dans le massacre de 2009. "Il peut y avoir de doute sur ce qui s'est passé dans cette pièce», a déclaré M. Diallo, parlant de la rencontre entre Mme Diallo et M. Strauss-Kahn, «mais il n'y a aucun doute pour ce qui s’est  passé dans ce stade."

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article