GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Qui est Georges Soros l'homme qui veut "acheter" la Guinée avec la bénédiction de Alpha Condé?

 

 

Né le 12 août 1930 à Budapest (Hongrie), George Soros est un homme d’affaires américain dont la fortune personnelle, estimée à plusieurs milliards de dollars, s’est construite sur les marchés financiers, et en particulier sur le marché des changes (Forex).

Après s’être d’abord installé au Royaume-Uni (fuyant l’occupation soviétique après les persécutions nazies) et avoir été diplômé de la London School of Economics en 1952, George Soros émigra aux Etats-Unis en 1956 et devint trader à la Bourse de New York.

 

Devenu vice-président d’une société de bourse, il créa son propre fonds d’investissement (en somme un « hedge fund ») au tout début des années 1970, fonds d’investissement « offshore » qui devint plus tard le « Quantum Fund » domicilié à Curaçao (Antilles néerlandaises), paradis fiscal depuis lequel se construisit sa fortune.

C’est à l’automne 1992 que George Soros s’illustra particulièrement dans une opération de spéculation contre la livre sterling, opération qui le rendit célèbre et le fit craindre tout à la fois en tant qu’intervenant majeur sur le marché des changes.

Dans un contexte de crise économique en Angleterre, anticipant une forte dépréciation de la livre sterling par rapport aux autres monnaies européennes, et même une sortie de la livre hors du Système Monétaire Européen (SME) qui liait cette devise aux autres (le Franc, le Deutsche Mark, etc.), George Sorosvendit à découvert 10 milliards de livres le 16 septembre 1992, pariant donc à la baisse sur cette monnaie.

 

Une pression à la baisse s’exerça dès lors effectivement sur la livre sterling, pour laquelle la Banque d’Angleterre dut décider de la sortie hors du SME pour d’ailleurs ne plus jamais le réintégrer.

Si George Soros réalisa grâce à cette opération une plus-value d’environ 1,1 milliard de dollars, il ne réédita pas un tel exploit face au Franc malgré une tentative similaire, les banques centrales allemande et française s’étant alors concertées pour soutenir la monnaie française.

Les bandes de fluctuations des monnaies du SME entre elles furent d’autre part élargies à 15 % dès juillet 1993 (contre 2,25 % auparavant).

 

Se targuant d’avoir été le disciple et l’ami du philosophe Karl Popper, George Soros fit également œuvre de philanthrope à partir du milieu des années 1990, notamment à travers la Soros Foundation et l’Open Society Institute, dont les activités se déployèrent principalement en direction des pays en voie de développement et de l’ex-bloc soviétique.

Auteur et orateur parfois visionnaire (ne déclara-t-il pas devant le Congrès américain en 1994 : « la croissance explosive des marchés dérivés comporte de nombreux dangers (…) en cas de faillite en chaîne, les autorités réglementaires peuvent se trouver dans l’obligation d’intervenir pour protéger l’intégrité du système »), George Soros ne le fut pas toujours : ainsi déclara-t-il à l’hebdomadaire Le Point, en septembre 2008 et dans le contexte de la crise financière : « la Banque Centrale Européenne va maintenir ses taux d’intérêt élevés ».

Les quelques mois qui suivirent ne lui auront pas donné raison sur ce point.

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article