/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par guineeactu

 

Des événements graves viennent de se produire à Conakry entre le vendredi 8 octobre et ce dimanche 10 octobre 2010. Extrêmement graves, devrait-on dire, car il s’agit de faux et d’usage de faux dans la dernière ligne droite de l’élection présidentielle, des événements mettant aux prises les deux candidats au second tour du scrutin, prévu pour le 24 octobre prochain.

Dans le but de faciliter ce deuxième tour de l’élection, les quatre Coordinations régionales ont envisagé une rencontre au sommet et en tête à tête avec les deux candidats. Ceux-ci ont accepté le principe de la rencontre. Ce sommet de la dernière chance est alors fixé pour le vendredi 8 octobre. Les deux candidats donnent leur accord pour cette date. L’un d’entre eux, en l’occurrence Cellou Dalein Diallo, était en voyage à l’étranger. Mais compte tenu de l’enjeu, il écourte son séjour, annule les étapes suivantes de son voyage et rentre à Conakry pour respecter le rendez-vous. On est vendredi 8 octobre, 16h00.

Que se passe-t-il alors ?

Le second candidat, Alpha Condé, n’honore pas son engagement. On attend 16h30. Il ne vient toujours pas. Résultat : tristesse générale, regrets. Chacune des quatre Coordinations régionales - même celle du mandingue -, précisent nos sources, regrette l’absence de l’autre candidat. Elles présentent des excuses au candidat présent, Cellou Dalein Diallo, se disant que l’absence d’Alpha Condé serait peut-être due à une incompréhension au sujet de la date de la rencontre.

Cellou Dalein Diallo, pour sa part, prononce un discours prêchant la concorde, la bonne entente et le consensus. Il affirme, entre autres, qu’il ne veut pas être le président d’une ethnie ou d’une région, mais le président de tous les Guinéens. Sur ce, il prend congé avec son staff.

Tous les observateurs conviennent que manquer un tel rendez-vous est très grave. Mais, il y a eu plus grave encore. En effet, après le départ de Cellou Dalein Diallo, Alpha Condé, s’étant vu reproché son absence, se fait recevoir par les Coordinations régionales. Il prononce, lui aussi, un discours de consensus, demandant le respect de la loi, chose que veut tout citoyen.

Mais c’est alors que les faussaires entrent en jeu. Les médias d’Etat annoncent que les Coordinations régionales ont reçu les deux candidats et diffusent le discours prononcé par chacun d’eux, en faisant croire à la population que tous deux se sont rendus au même moment et au même endroit.

Les faussaires ont presque réussi leur plan. Les radios reprennent le même message. Comment distinguer le décalage dans le temps à partir du son ? Mais, à la télévision, ils échouent lamentablement. Car un observateur attentif pouvait voir que les deux candidats n’ont pas été reçus au même moment. De fait, Cellou Dalein Diallo est passé quand il faisait jour, tandis qu’au moment où Alpha Condé passait, il faisait nuit.

La rencontre entre les deux candidats n’a pas eu lieu, contrairement à ce qu’ont laissé entendre la radio et la télévision publiques.

Cette manipulation est gravissime. Alpha Condé n’a pas respecté la parole donnée. Encore une fois, il a refusé le dialogue direct avec son concurrent. Et en accréditant une contre-vérité, les médias d’Etat montrent ouvertement de quel côté de la balance ils penchent.

Donner sa parole et la piétiner par la suite est suffisamment grave pour faire échouer un candidat à la magistrature suprême. Car, faire délibérément croire le contraire est un acte qui doit le disqualifier.

Commenter cet article