GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Rio Tinto et Chinalco discutent d'une Joint-Venture en Guinée



Le groupe minier Rio Tinto (RIO.AX:
Cotation)(RIO.L: Cotation) est en discussion avec le numéro un chinois de l'aluminium, Chinalco, sur une exploitation en commun de l'énorme gisement de minerai de fer de Simandou en Guinée, pour un coût estimé à 12 milliards de dollars (8,8 milliards d'euros), rapporte mardi le journal australien The Age.


Une coentreprise entre Rio Tinto et Chinalco marquerait un tournant pour les deux entreprises après la rupture l'an dernier par Rio Tinto de leur accord de rapprochement de 19,5 milliards de dollars (14,3 milliards d'euros), qui prévoyait une entrée de Chinalco au capital de Rio.
Cet épisode avait alors provoqué une détérioration des relations sino-australiennes.



Le journal australien, qui ne cite aucune source, a indiqué que des négociations étaient en cours avant la visite du PDG de Rio Tinto, Tom Albanese, à Pékin ce week-end.


Si les discussions aboutissent, Chinalco pourrait financer la prochaine étape de pré-développement du projet Simandou, Rio Tinto étant l'associé principal de la coentreprise, selon The Age.



Rio Tinto n'a pas souhaité commenter ces informations mais a rappelé les déclarations d'Albanese ces derniers mois au sujet de discussions avec la Chine pour former d'éventuelles coentreprises dans le secteur.




"La stratégie de Chinalco consiste à être une entreprise minière internationale et multi-métaux. Pour atteindre ce but, nous sommes constamment à la recherche d'accords équitables et gagnants-gagnants sur le marché international", a déclaré le vice-président de Chinalco, Lu Youqing, qui n'a pas démenti les informations de The Age.



Rio Tinto a reporté l'an dernier le développement de sa concession de Simandou en arguant de la conjoncture mondiale et du climat politique en Guineé. Le site constitue le plus gros gisement mondial de fer non-exploité selon Tom Albanese, avec un potentiel estimé de 2,25 milliards de tonnes de minerai.



Chinalco, qui entend se développer à l'international, est aussi en discussions avec Rio Tinto au sujet d'une possible participation dans le projet Oyu Tolgoi d'extraction de cuivre et d'or en Mongolie, a déclaré lundi à Reuters Xiong Weiping, le président de Chinalco.
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article