/>

RTG GUINEE LIVE

Les news en continu


Get Your News Widget

Publié par bouba

http://www.tamtamguinee.com/images/rub17/calb4489RBB2_jpg.jpg

 

 

La Présidente de la fédération des femmes actives de Guinée (FEFAG) et ancien ministre de l’enseignement pré universitaire Madame Kaba Rougui Barry vient d’offrir 40 bœufs et 200 sacs de riz au cours d’une grande cérémonie de lecture du Saint Coran en la mémoire des victimes des massacres et exécutions que la Guinée a connus de 1958 à 2009.

La cérémonie a eu lieu à la Mosquée Fayçal de Conakry ce jeudi 15 avril 2010. Elle a été présidée par le grand imam de la dite mosquée Elhadj Ibrahima Bah. Une partie des bœufs et des sacs de riz a été distribuée aux différentes mosquées de la capitale. L’autre partie a été partagée sur place, aux présents.

Cette cérémonie de lecture du Saint Coran a regroupé, outre les imams de Conakry et de l’intérieur du pays, de nombreux religieux et citoyens venus de tous les horizons de la Guinée. Le Coran entier a été lu 23 fois. Le Sourate ‘‘Yacine’’ a été lu 110 fois en la mémoire des victimes de la tragédie guinéenne.

Rougui Barry, l'initiatrice de l'évènement et Président de la FEFAG après avoir regretté tous les évènements malheureux que la Guinée a connus évoque les raisons de ce sacrifice : « (…)Mes chers compatriotes et amis de la Guinée. Mes chers parents et amis des victimes de 1958 à 2009, du camp Boiro et autres de la répression du 4 juillet 1985 du 17 juin 2006, de janvier et février 2007, du 28 septembre 2009. Mes chers compatriotes. Pardonnez-moi de m'exprimer en ces termes, je ne saurai mieux le faire, mais ce n'est qu'une ignorance et non une arrogance. Cette matinée est le juste moment d'un devoir de mémoire. Elle est dédiée à une journée pour un esprit de méditation et de paix ».

Elle invite les Guinéens à se pardonner, à se réconcilier et à vivre en harmonie pour que notre cher pays ne connaisse plus jamais des massacres dans l’avenir de notre nation : « Nous ne pouvons entreprendre une démocratie de qualité sans assurer une restauration pour un développement durable. Nous ne pouvons entreprendre un chantier sans savoir, nous ne pouvons comprendre sans apprendre, nous ne pouvons entendre sans écouter. Ensemble nous allons apprendre à vivre ensemble. Tous ensemble nous allons accepter de construire une paix durable. Parmi nos morts et ceux qui ont survécus il y avait sans doute certains qui pouvaient aider la Guinée à aller vers un changement dans l'intérêt de tout un chacun disait-on ; une réalité attendue par le commun des mortels pour le mieux être de la nation, pour chaque famille la vie d'un père, d'un ami, d'un enfant ou un jeune demeure sans prix », a-t-elle conseillé.

Rougui Barry condamne avec la dernière énergie tous les massacres car, dit-elle, la vie de tous les citoyens est sacrée : « Pour moi la petite dame que je suis, de mon corps meurtri, je répond que chaque volonté de protéger une famille, une vie, un honneur, une dignité, une nation est une réalité de l'univers pour matérialiser un désir noble qui est le respect des droits de chacun des citoyens. Ensemble ce matin nous allons prier pour nos morts de tous les temps, mais pour manifester nos désirs les plus inimaginables dans la vie, prier ensemble pour les victimes de toute la nation, pour la mémoire de ceux qui ont donné plus que nous ne pouvons le faire pour que nous puissions nous exprimer en ce moment. Mes frères et sœurs, la réalité n'est qu'une illusion aussi tenace soit-elle, nous ne pouvons aller plus loin de notre liberté, de notre soif du changement sans nous unir dans le cocon d'une Guinée unifiée, pour l'intérêt général dans l'acceptation de l'autre et le respect de la différence, dit-elle.
Elle souhaite que la Guinée sorte de cette impasse politique dans de très bonnes conditions, au terme d’élections libres, transparentes, justes et crédibles : « Notre organisation, la fédération des femmes actives de Guinée sollicite par le timbre de ma voix ; le pardon, oui nous savons tous qu'il n'est point facile d'oublier; mais de tous vos combats plus jamais ça ! Plus jamais des horreurs. Nous avons accepté le pardon pour le repos de ceux qui sont victimes et des enfants privés du droit d'une vie de famille réelle. Je voudrai laisser la parole à l'ensemble des lecteurs du Saint Coran pour ôter en nous ces épines, les cicatrices que portent nos cœurs resterons invisibles, mais unis nous serons forts pour comprendre que nous devons aller vers le changement sans effusion de sang ni déchirure. Nos parcours sont les écoles de nos expériences, la morale reste la sagesse de notre compréhension de notre force à surmonter les épreuves de la vie guinéenne et son cortège de souvenirs » .

L’ancien ministre prie longuement pour son père et sa mère et pour la paix et la prospérité en Guinée : « Que chacun de nous puisse comprendre que notre futur commence aujourd'hui par la conduite d'une démocratie, socle d'une vie paisible. Nous partirons d'ici avec la conviction du pardon avec une vision plus claire de notre mission de grand voyageur sur terre. De notre esprit rempli d'admiration et de crainte incessante la morale en nous et au dessus de nous le ciel éclairé que le Tout Puissant Dieu miséricordieux nous pardonne. Que nos erreurs soient reconnues et que nous acceptions de présenter nos excuses pour nous même et les autres. Que de notre cœur meurtri nous acceptions chacun les excuses en fermant un instant nos blessures avec le tissu de la nation et en utilisant la magie de l'oubli pour ne pas nous laisser distraire par le temps qui reste insaisissable, des nuits hantées de toutes ces horreurs et ces questions sans réponse. En dédiant cette journée à la réconciliation générale, je dédie ce moment à nos chers combattants du changement pour que cet instant nous enseigne que nous sommes une famille et que la Guinée est notre barque commune. Seul un consensus pourrait nous permettre de réduire les fissures et penser au raffermissement de la nation pour les victimes et les amis. Je terminerai en remerciant ma mère disparue de mort naturelle depuis 35 ans et à mon père qui vient de nous quitter, eux qui m'ont donné, cette notion acquise de la culture du respect des autres et de l'amour pour mon semblable : une racine qui demeure en moi pour que je m'incline à même le sol afin de prier et présenter les excuses à toutes la nation guinéenne pour une réconciliation nationale », a-t-elle espéré.

Rougui Barry invite le Président de la transition, le gouvernement, la Présidente du CNT, tous les hauts cadres de l’Etat et tout le peuple de Guinée à œuvrer pour faire de la Guinée un pays émergent :« Chers compatriotes, aussi il nous revient de nous engager au serment mutuel de ne plus faire couler le sang de nos frères, notre sol n'en aura point besoin ; enfin que ce bien reste sanctifier pour nos enfants et nos petits enfants. Je voudrai également adresser mes remerciements au général de brigade, ministre de la Défense , Président par intérim de la République de Guinée, Président de la Transition pour la grandeur d'âme du respect des clauses de la transition pour la paix en Guinée. Je dirai encore avec considération aux filles et fils du pays des quatre régions naturelles de la Guinée , que le sang n'a pas d'ethnie nous sommes une même personne, la Guinée est notre mère patrie. Je voudrai remercier les hommes politiques pour la consolidation de la notion de démocratie et de l'équité pour un équilibre racial homme femme et jeunes, dans le respect du choix des citoyens et de la volonté morale, de l'éthique pour l'alternance.

 

 

Mes hommages à Madame la Présidente du conseil national de la transition (CNT) Hadja Rabiatou Sérah Diallo pour le sentier douloureux d'un combat hors du commun pour la cause noble de la nation. A nos syndicalistes pour la liberté, l'égalité dans les meilleurs conditions de travail et du salaire digne pour la survie de la famille. Je remercie les imams, le conseil des sages, toutes les associations et ONG de la place, tous les participants et visiteurs et invités mes compatriotes à la prochaine rencontre avec les autres confessions religieuses les jours à venir pour le suivi de la prière à la mémoire des victimes et à la réconciliation nationale. Mes chers frères et sœurs, distingués imams et toute confession religieuse, ce jour 15 avril 2010 à la Mosquée Fayçal de Conakry. En mettant ces offrandes et en assurant la lecture par plus de 1.600 lecteurs du saint Coran pour le bien fondé de notre nation, nous sollicitons, nous prions que le sol guinéen soit lavé de ces malheurs et que ces douleurs soient apaisées, que le vent du bonheur souffle vers notre peuple et nos terres et que nous vivions les jours heureux. Que nos frères et époux en armes soient unis et protecteurs. Que dieu bénisse la Guinée. Amen », conclut-elle.

Commenter cet article