GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Tiègboro Camara dans la ligne de mire du barreau de Guinée



Depuis l'arrivée aux commandes du général Konaté assurant l'intérim du capitaine Dadis Camara, ex président du CNDD, président de la république, chef de l' Etat et commandant en chef des forces armées guinéennes qu'il " ne contrôlait pas", le torchon brûle plus que jamais entre le pouvoir judiciaire et le ministre Tiègboro Camara.



Après la passe verbale par voie de presse entre ce dernier et le président de la Cour, Doura Chérif, maintenant, le lieutenant-colonel croise le fer avec les avocats.

"Les sentinelles de l' Etat de Droit " sont en colère. Ils sont très remontés contre ce proche des proches de Dadis. Les avocats, sous la houlette de Me Mohamed Sampil, bâtonnier de l'ordre des avocats, ont débrayé depuis le 11 mars dernier pour demander au Général de limoger son ministre controversé chargé des services spéciaux, de la lutte anti-drogue et du grand banditisme qu'ils accusent notamment d'interférer pour des raisons inavouées dans les affaires judiciaires.



Les avocats comptent aller jusqu'au bout du combat qu'ils viennent d'engager pour obtenir le départ de Moussa Tiégboro Camara dont le départ des affaires est par ailleurs exigé, rappelons le, par l' ONG américaine Human Right Watch.

Conséquence de cette grogne : le report à ce jeudi du démarrage des assises initialement prévues le 15 mars dernier. Des assises censées faire la lumière sur la nature véritable des barons de la drogue qui ont réussi à faire de la Guinée, sous Lansana Conté avec la complicité de son Palais, la plaque tournante du trafic des stupéfiants dans l'ouest africain.



La grève des avocats constitue, force est de le constater, le premier teste social grandeur nature pour le chef intérimaire de la junte, Sékouba Konaté et le premier ministre Jean Marie Doré qui doivent à tout pris agir à temps pour dédésamorcerette crise qui pourrait affecter la transition en cours.

Depuis la disparition du général Conté, les avocats sont à leur deuxième bras de fer avec le régime militaire. L'année dernière, ils avaient lancé un mot d'ordre de grève générale illimitée pour contraindre le leader de la junte, capitaine Moussa Dadis Camara à supprimer la juridiction parallèle confiée à l'époque au soldat Issa Camara qui nageait dans les méandres du droit à cause de son amateurisme extrême en la matière.



Au bout du compte, le président du CNDD avait fini par se plier aux exigences des avocats en supprimant cette juridiction controversée en bombardant le soldat Issa Camara gouverneur de la région administrative de Mamou chargé également de mettre hors d'état de nuire les coupeurs de route qui sévissaient dans le pays.

Reste à savoir s'ils parviendront à rééditer leur exploit de l'an dernier pour avoir le dernier mot dans ce nouveau bras de fer avec l' exécutif.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article