GUINEEWEB.ORG

La Guinée nouvelle

Transition: Rabiatou face à l’histoire



Le CNT-Conseil National de la Transition-, a été officiellement installé le 13 mars dernier au palais du peuple devant un parterre d’invités de marque. Le Général Sékouba Konaté déterminé à conduire la Guinée vers la tenue de sa première élection présidentielle libre, transparente et acceptable par tous, a marqué encore une fois les Guinéens et la communauté internationale sur son intention réelle à rendre le pouvoir aux civils.




Tiré son pays des mains d’une ‘’clique’’ fou du pouvoir, prête à tuer à tout bout de champ pour conserver ce privilège, démocratiser la Guinée en vue de créer un développement harmonieux pour ses populations, voilà quelques objectifs visés par celui qui a aujourd’hui la lourde tâche de conduire son pays pour la présidentielle du 27 juin. Mais pour relever tous ces défis, il y aura du chemin à parcourir : le président de la République, président de la Transition aura besoin du soutien populaire de tous les Guinéens qui aspirent au changement, loin des tintamarres et autres promesses fallacieuses tenues ça et là par ceux qui dirigeaient ce pays il y a encore quelques années. La Guinée, comme le dit le Général Konaté, ‘’ appartient à tous les Guinéens, qu’ils soient du Sud, Nord, Est et Ouest. Nous avons les mêmes droits et les mêmes devoirs, ne cesse d’affirmer l’actuel homme fort du pays’’. Donc, Il ne saurait y avoir une Guinée appartenant à une seule famille ou à un groupuscule prêt à brûler le pays pour conquérir le pouvoir. .





Ainsi, comme il fallait s’y attendre, les accords de Ouaga signés le 15 janvier, s’articulaient sur deux points fondamentaux : la non candidature des membres du CNDD et du gouvernement aux prochaines élections et la réforme de l’armée. Pour le premier point, le CNT a été mis en place pour toiletter très rapidement la constitution guinéenne et conduire la Guinée vers un Etat de droit et de démocratie. Hadja Rabiatou Serah Diallo face à l’histoire, a donc cette lourde tâche. Affirmant à chaque occasion qu’elle n’est sous influence d’aucune obédience politique, Rabi, espérons le ainsi, pourrait réussir sa mission. Après tant d’années de lutte et de sacrifices, elle a entre ses dix doigts l’avenir de son peuple qui en assez des mensonges des dirigeants qui ont précédé la junte militaire. Le second point des accords de Ouaga, quant à lui, revient entièrement au Général Sékouba Konaté. Il s’agit là de la réforme des forces armées et de défense.




 Celles-ci nécessitent de gros moyens et interpellent en premier lieu la communauté internationale, notamment la France et les Etats-Unis. Comme le Général Konaté aime à le dire, ‘’pour réussir à instaurer la démocratie dans un pays, il faut absolument une armée républicaine, former et équiper pour sauvegarder l’intégrité territoriale, les populations civiles et leurs biens’’. Quoi qu’il en soit, lui, en tout cas, a rempli une partie de sa mission, celle surtout de remettre la clé de la transition aux forces vives désormais à l’œuvre. .

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article